Poids et sevrage tabagique

sevrage tabagique perte de poids diététicienneNovembre, le Mois Sans Tabac

Chaque année au premier novembre est lancé le défi collectif du "Mois Sans Tabac" afin de se donner un mois pour tenter de rompre avec la cigarette.

Entre les nombreuses initiatives de sensibilisation et la prise de conscience collective actuelles des risques encourus par les fumeurs, les tentatives d’arrêt du tabac sont de plus en plus nombreuses.

Pourtant certaines personnes hésitent à franchir le pas par peur de prendre du poids. Cette crainte est davantage présente chez les femmes, en particulier chez celles qui se servent de la cigarette pour gérer leurs fringales.

Dans cet article, je ne vais pas m'étendre sur les risques du tabagisme mais plutôt décortiquer et les effets tu tabac sur le métabolisme et les comportements alimentaires afin de mieux comprendre pour quelles raisons le sevrage tabagique est fréquemment accompagné d’une prise de poids.

Les effets du tabagisme sur notre métabolisme

Au-delà de 5 cigarettes par jour, le fumeur est considéré en sous-poids. De ce fait, plus la personne fume, plus elle est susceptible de prendre du poids lorsqu’elle arrête.

Il faut savoir que 40% de cette prise de poids sont directement liés à l’arrêt de la nicotine tandis que 60% sont liés aux modifications des habitudes alimentaires induites par le manque.

En effet la nicotine engendre chez le fumeur :

  • Une augmentation de sa dépense énergétique journalière car chaque cigarette fumée augmente son métabolisme au repos
  • Une utilisation des réserves de graisses en inhibant la sécrétion d’insuline (hormone de stockage des graisses) ce qui freine le remplissage des cellules graisseuses
  • Une sécrétion accrue de leptine (hormone de satiété) qui participe au maintien de son « sous-poids »

Comportement alimentaires des fumeurs

Des comportements alimentaires similaires ont été identifés chez les fumeurs. Le petit-déjeuner est bien souvent inexistant, le repas de midi pris sur le pouce ou négligé et par conséquent un dîner généralement plus copieux.

En outre, l’altération de l’odorat chez le fumeur entraîne une alimentation plus riche en sel et en graisses. Ce qui va entrainer des habitudes alimentaires qui se solderont par une prise de poids si elles ne sont pas corrigées.

Arrêt du tabac et prise de poids, une fatalité ?

Comme expliqué plus haut, le risque de prise de poids est réel et justifié car à l’arrêt du tabac :

  • le métabolisme ralentit (moins de dépense énergétique journalière)
  • des grignotages voire des comportements boulimiques liés au manque de la pause ciagrette se mettent en place
  • une attirance soudaine pour le sucré se manifeste de façon transitoire durant le premier mois ou même perdurer.

Pour autant, cette crainte ne doit pas freiner votre volonté d’arrêter de fumer puisqu’en ayant connaissance de ces éléments il suffit d’opérer quelques changements pour enrayer ces mécanismes.

Un suivi diététique peut permettre au fumeur d’analyser son nouveau comportement alimentaire et ainsi l’aider à procéder aux modifications nécessaires. En reconsidérant, ses habitudes alimentaires et son activité physique, le fumeur ne s’expose pas fatalement à une prise de poids. Il peut donc être recommandé de vous faire accompagner par un diététicien-nutritionniste afin d'arrêter de fumer sans prendre de poids.